Liliane BARREIROS (3e Dan Mushin Ryu) le 25 octobre 2012

Le 25 Octobre 2012

Si je vous dis 25 octobre 2012, vous me répondez ? LILIAAAANE !!! He oui, comment oublier ce jeudi de Varennes 31éme édition spécial Ju-Jitsu !! Quand Liliane Barreiros est sur les tatamis, elle donne tout. Lisez ce qui suit et vous verrez qu'elle se livre encore plus lorsqu'il s'agit de répondre à nos questions. Si vous n'étiez pas tombés sous le charme de sa prestation ce fameux jeudi soir, je n'ai aucun doute que ce soit le cas après la lecture de son interview. L'Aïkikaï Varennes Jarcy décline d'ailleurs toutes responsabilités en ce concerne les effets secondaires qu'une telle lecture pourrait infliger à la gente masculine !

- Peux-tu te présenter à nos internautes et nous préciser les grandes étapes de ta pratique des arts martiaux ?

J'ai débuté les arts martiaux en septembre 1996, à Moissy-Cramayel, en m'inscrivant au club de « Ju jutsu » local.
Deux ans après j'ai rejoint parallèlement les sections de « Karate » (Wado Ryu) et « Kobudo » (Oshukai) de la ville et dans lesquelles je suis restée environ quatre ans. Mon professeur était Christian Meunier. De 1996 à 2002 le club de « Ju jutsu » était affilié à la « Fédération Ju Jitsu Défense Personnelle » puis découvre le « Ju jutsu » de style « Mushin Ryu » en septembre 2002 lors d'un stage en région bordelaise dirigé par Armand Valle, nous avons immédiatement adhérer à cette école; depuis lors je me consacre à l'étude du « Mushin Ryu ».

Lorsque j'étais au Japon pendant la saison 2009-2010 j'ai eu la chance de pratiquer le « Iaido » (de style Muso Jikiden Eishin Ryu ) et le Karate (Kushinkai) au sein des sections de la « Nagoya University of Foreign Studies ».

Voilà les plus grandes étapes, auxquelles je pourrais rajouter d'autres expériences en « Karate Shotokan » (à Lieusaint, avec Benoît Odoyer, avec qui je vais poursuivre mes collaborations martiales), en Kendo (à l'Union Saint-Bruno de Bordeaux avec Vincent Guadarrama).

Le « Ju jutsu » de style « Hakko Ryu » et notamment les écoles qui en découlent directement (« Kokodo Ju jutsu » et plus récemment la « Shigai Ryu ») sont des styles que j'ai pu (trop) brièvement expérimenter et auxquels je voue un intérêt toujours plus croissant.

- Quel a été ton premier contact avec le jujitsu ?

Mon tout premier contact avec le « Ju jutsu » a été en fait ce jour où je suis venue m'inscrire au club de Moissy en 1996. C'est une camarade de classe qui m'avait dit de venir essayer, elle connaissait ma passion pour les arts martiaux. J'avais quatorze ans à l'époque. J'ai essayé et je n'ai pas arrêté le « Ju jutsu » et les arts martiaux depuis.

"..j'avais 14 ans à l'époque ..."    

- Quelle(s) est (sont) la (les) rencontre(s) qui a (ont) été importante(s) pour toi pendant ces années de pratique ?

Chaque rencontre que l'on fait sur la voie des arts martiaux laisse une empreinte ; il est certain que ma rencontre avec Armand Valle et le « Mushin Ryu » a été un tournant dans mon parcours.

- Et ton plus beau souvenir de pratiquante ?

J'hésite entre mon premier cours de « Iaido » à Nagoya (en 2009), puisque je réalisais le rêve de pratiquer au Japon et le passage de grades « Mushin Ryu » en juin 2004 en région bordelaise pour l'obtention de mon « Shodan ».
En « Mushin Ryu » il peut arriver que les passages de grades « ceinture noire » se déroulent à la suite d'une épreuve dite des « 24h ». Nous pratiquons pendant vingt-quatre heures « non-stop », le passage devant le jury a lieu soit pendant l'épreuve, soit après. Ce fut mon cas cette année-là. J'en garde un excellent souvenir de dépassement de soi, de persévérance et de solidarité entre pratiquants.

"..Les passages de grades, une épreuve de 24h ..."

- Le Ju-Jitsu, qu'est-ce que c'est ? Et plus particulièrement votre style "Mushin Ryu" ?

Le « Ju jutsu » provient de cette composante des écoles japonaises d'arts martiaux qui se focalisait notamment sur le travail des techniques à mains nues. Les « techniques souples » qui définissent le « Ju jutsu » sont donc ainsi des techniques de self-défense pour lesquelles la souplesse d'exécution (j'entends par-là de tirer profit du déséquilibre et de la force de l'adversaire avec une vigilante décontraction physico-mentale) de celles-ci engendre leur efficacité.
Le style « Mushin Ryu » s'intéresse particulièrement à cet état de vacuité mentale (Mushin) qui permet une adaptation optimale à n'importe quelle situation de combat. Nous étudions un vaste répertoire technique (contrôles d'articulations, projections, techniques de frappe, techniques au sol) que nous mettons en application dans nos exercices de « Ju geiko » et de « Taninzu geiko » (exercices de riposte face à un ou plusieurs adversaires attaquant de façon aléatoire), nous cherchons à atteindre cet état « Mushin », à appréhender l'adversaire sans avoir à réfléchir la riposte et ainsi améliorer notre efficacité.

 "..n'importe quelle situation de combat ..."

- Les principales armes utilisées à l'Aïkido sont le tanto, le jo et le bokken. Nous avons vu le tanto lors de ton Jeudi de Varennes, avez-vous d'autres armes au Ju-Jitsu ?

Voici les armes étudiées en « Mushin Ryu » :
  - couteau (Tantô);
  - bâton (Jô), bâton court (Tanbô) ;
  - sabre en bois (Bokken) / sabre en bambou (Shinai);
  - matraque (Tonfa) ;
  - "Yawara"/ "Kubotan"   

 

- Pendant ton animation, tu as parlé d'une chose très intéressante : Exploiter le déséquilibre de Tori dû à son déplacement (ici, un balayage) pour provoquer celui de Uke. Utilisez-vous souvent les Sutemis (sacrifices de soi) ?

En effet, nous avons plusieurs « sutemi » dans notre répertoire technique (Sumi gaeshi, Uki waza, Yoko guruma, Yoko wakare par exemple) . Il est vrai qu'habituellement nous tirons profit du déséquilibre de l'adversaire, de « Uke ». Il peut arriver que certains mouvements induisent des failles, brèves, dans le déplacement de « Tori » et transformer ces faiblesses en avantage est assez réjouissant !

"..transformer ses faiblesses en avantages ..."

- Tu es enseignante au club de Moissy-Cramayel, c'est important pour toi d'enseigner ?

Après dix petites années d'enseignement, l'échange, le partage et la transmission sont devenues les notions les plus importantes pour moi sur la « voie ».

- Tu m'as dit que tu avais toujours eu envie d'essayer l'Aïkido. Qu'est-ce qui t'attire dans cet art martial ?

Je suis une passionnée des arts martiaux et de leur histoire, et où « O Sensei » est incontournable. L' « Aikido » dégage un élan de paix, d'universalité, d'échange fraternel et d'harmonie. J'ai toujours apprécié la grâce des aikidokas en me disant que j'aimerais beaucoup avoir autant de prestance ! Techniquement parlant, ce que nous faisons en « Ju jutsu » étant très proche, cet intérêt pour l' « Aikido » m'est venu très naturellement.

  

"..l'Aïkido dégage un élan de paix ..."

 - As-tu quelque chose à dire aux aikidokas de Varennes-Jarcy ?

Tout d'abord un immense merci, je suis très honorée d'avoir pu partager ce moment avec vous. Vous êtes le miroir parfait de l' « Aikido », générosité, convivialité, ouverture d'esprit, sincérité de la pratique, vivement qu'on se retrouve !

- Un petit mot à propos de tes lunettes ?

Ah mes lunettes de sport! Je revis sportivement depuis que je les porte. Pour la petite anecdote, c'est un aikidoka que j'ai croisé il y a plusieurs années et qui en portait qui m'a fait songer à franchir le pas !

- Pour finir, quelle question aurais-tu aimé que je te pose ? Et quelle aurait été ta réponse ?

Quand tu penses à l'Aikido, quelle technique te vient immédiatement à l'esprit ? Sans hésiter « Irimi nage ». Pour moi elle cristallise l'esthétisme et l'efficacité de la technicité « Aikido » et elle révèle si bien la maîtrise de l' « ukemi » de l'aikidoka, dont je me suis toujours inspirée.

 

Mille fois merci, Liliane, d'avoir accepter cet exercice difficile. Ta bonne humeur et ton humour étaient omniprésents tout le long de l'interview. Ceux-ci rendent ta passion des arts matiaux contagieuse, mais pour une fois, c'est une maladie que l'on attrape volontiers !

P@scal

Club de Moissy Cramayel

Interviews

  • Josette Nickels (5ème Dan) le 13 février 2016

    Josette Nickels (5ème Dan) le 13 février 2016

    Lorsque que j'ai contacté tout le monde pour signaler l'intervention de Josette Nickels à Varennes-Jarcy, parmi la multitude de réponses que j'ai reçue, une personne m'a dit, je cite: "Vous

    Lire la suite
  • Jean-Marc HEMMAR (Vô Viêt Nam) le 27 janvier 2015

    Jean-Marc HEMMAR (Vô Viêt Nam) le 27 janvier 2015

    Le 27 janvier 2015

    La rencontre entre Vo Sinh et Aïkidokas, entre Villecresnes et Varennes-Jarcy a été des plus intéressantes et des plus enrichissantes mais 1h30, c'est définitivement trop court

    Lire la suite
  • Sébastien HEURTEAU (8 ans de pratique au Japon) le 14 octobre 2014

    Sébastien HEURTEAU (8 ans de pratique au Japon) le 14 octobre 2014

    Le 14 octobre 2014

    Aïkikaï, Hombu Dojo, Tokyo, Japon, des noms qui resonnent souvent dans nos têtes, dans nos rêves. La plupart d'entre-nous n'aurons peut-être jamais la chance d'aller pratiquer

    Lire la suite
  • Norbert BOUTELOUP (4ème Dan) le 1er avril 2014

    Norbert BOUTELOUP (4ème Dan) le 1er avril 2014

    Le 1er avril 2014

    Non, ce n'est pas un poisson d'avril ! Après avoir réussi à inviter Norbert BOUTELOUP à un de nos Jeudis de Varennes (qui a eu lieu un

    Lire la suite
  • Atakan UTKU (4e Dan Aïkikaï) le 11 février 2014

    Atakan UTKU (4e Dan Aïkikaï) le 11 février 2014

    Le 11 février 2014

    L'agenda bien chargé de Atakan, la distance qui nous sépare, la barrière de la langue, autant de raisons qui font que pour cette fois, les échanges

    Lire la suite
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

 

Page FacebookPage Google+ Flux RSSChaine YouTube Chaine DailyMotionCalendrierContactez-nous

 
AÏKIKAÏ VARENNES-JARCY
GYMNASE SANDRINE MARTINET
Chemin des Aufrais 91480 VARENNES-JARCY